DECLARATION PREALABLE DE FO TEFP

Arrêt de la guerre en Ukraine, hommage à notre collègue Brigitte Pineau, les revendications demeurent et doivent aboutir !

 

Notre première pensée va au peule Ukrainien et aux travailleurs de ce pays. La guerre aux portes de l’Europe. Ce continent qui a déjà payé un inacceptable tribut pour la folie des hommes par des dizaines de millions de morts au siècle dernier, revit l’horreur au nom des intérêts d’une infime minorité, celle qui détient le pouvoir économique, donc politique. Clauzewitz écrivait “La guerre n’est rien d’autre que la continuation de la politique par d’autres moyens”. Les travailleurs Ukrainiens, dont une partie sont affiliés à l’internationale Européenne des syndicats du service public, ne méritent ni les morts, ni les bombes, ni la misère. Les travailleurs Russes non plus, victimes collatérales des effets dévastateurs de cette guerre. Dans le reste de l’Europe, les travailleurs sont également touchés, dans leur quotidien, de nombreux emplois sont menacés, le pouvoir d’achat flanche face à une inflation continue. Quant aux peuples des pays dits «  en voie de développement », l’arrêt brutal des livraisons des denrées alimentaires risque d’engendrer, selon le FMI, une énième catastrophe. FO TEFP exige l’arrêt des combats en Ukraine.

 

Notre deuxième pensée va à notre collègue Brigitte Pineau, présidente de l’UNSA ITEFA. Les deux représentants FO TEFP à ce CTM ont eu le plaisir de la côtoyer pendant plus de 10 ans. Elle maitrisait ses dossiers, avec sérieux et compétence, doublé d’une fine connaissance du statut général des fonctionnaires  et des statuts particuliers. C’était également une citoyenne très attachée aux valeurs républicaines. Quand elle avait quelque chose à dire, on l’entendait, on l’écoutait, elle savait argumenter. Bien sûr nous étions loin d’être toujours d’accord dans nos analyses et positionnements, cependant nous nous devons de rappeler le long combat commun FO UNSA relatif à l’avenir des contrôleurs du travail que nos deux syndicats avaient initié dès 2008. Une solution statutaire nous avait été proposée en 2011, à laquelle nous étions favorables, il est dommage qu’il n’y ait pas eu d’unité syndicale à l’époque ! Salut Brigitte, reposes en paix, près des tiens ! Notre soutien à ses proches et ses camarades.  Et nous aimons à penser que sur certains points à l’ordre du jour de ce CTM, tu aurais sorti à coup sûr ta phrase fétiche «  il y a un problème, là ! »

Les revendications demeurent : L’urgence est aux conditions de travail, aux effectifs, aux rémunérations, au dialogue social.

La DDIsation de nos services a engendré de nombreux troubles psycho-sociaux, des relogements inacceptables, des reculs sur les acquis notamment par l’apparition de règlements intérieurs locaux à minima, une sensation de mise à l’écart de nos services, noyés dans un Maelstrom administratif, où le ministère de l’intérieur donne le ton sans se préoccuper des agents. Il faut remédier en urgence à cette situation.

Les effectifs, parlons-en : certes plus de postes aux concours. Mais est-ce suffisant, n’est-il pas trop tard pour réparer les dégâts, comment les services peuvent-ils fonctionner avec ses effectifs actuels, si ce n’est par le dévouement des agents ? Nous voulons plus d’agents, et maintenant. Et en attendant leur arrivée dans nos services, nous demandons que des plans de continuité soient mis en place pour les services en sous-effectifs.

Salaires : La DGAFP a annoncé le dégel -à l’été !- de la valeur su point d’indice. Ce dernier a perdu déjà 22% de sa valeur depuis 2000, l’inflation est estimée à 4% sur un an en 2022. FO TEFP, avec sa fédération générale des fonctionnaires, revendique tout de suite 4% d’augmentation de la valeur du point d’indice, ainsi que des négociations pour repyramider toutes les grilles. Et puisque vous nous présentez un projet de modification du statut particulier du corps de l’inspection du travail et une nouvelle grille indiciaire, nous vous informons que malgré de nombreux problèmes techniques puisque de nombreux agents n’ont pas reçu notre sondage aux agents sur ce sujet, presque 500 IT DAT DT ont répondu à votre projet et plus de 86% y sont défavorables ! Nous y reviendrons.

C’est là qu’intervient le dialogue social : aurez-vous l’oreille pour entendre vos agents sur ce sujet ainsi que d’autres, en discutant avec les représentants du personnel au CTM de nos revendications ?

Effectifs, salaire, conditions de travail : FO TEFP ne lâchera jamais.