Lors de ces élections professionnelles, notre organisation syndicale, FO TEFP, a progressé de 1,5 points portant notre représentativité à 10,7% des suffrages exprimés. Nous confortons notre siège au CSA ministériel. Nous tenions tout d’abord à remercier chaleureusement les collègues qui nous ont ainsi témoigné ou renouvelé leur confiance en nous permettant de continuer à porter nos revendications au ministère.

Nous enregistrons des progressions électorales également au niveau du CSA d’administration centrale où nous gagnons 1 siège, à la CAP des A administratifs avec aussi 1 siège, de nombreuses autres progressions en services déconcentrés (DR.I.EETS, DDETS/PP).

Au niveau de la fonction publique d’État, FO pour la quatrième fois consécutive, est première organisation syndicale, augmente encore sa représentativité de + 0,7 % selon les sources officielles issues de la DGAFP. Au niveau national des DDI, FO reste toujours la première organisation syndicale avec 28%.

Ces résultats ne doivent pas masquer les conditions chaotiques dans lesquelles se sont déroulées les élections professionnelles : vote à l’urne organisé à la hâte sur les scrutins locaux empêchant bon nombre de collègues de voter, transmission tardive de la liste des agents aux organisations syndicales (situation pénalisant plus particulièrement les plus petits syndicats) et pour FO TEFP, un tract à moitié barré, d’autres en SPAM pour les collègues en DDETS(PP)… Inquiétant, dans un pays qui est censé être celui des Droits de l’Homme. Que de morgue, que de mépris vis-à-vis des agents !

Selon nos analyses, un recours sur le scrutin national échouerait nécessairement même si des droits ont été bafoués : le pot de fer contre le pot de terre.

Dans ce contexte, la participation sur le champ travail, emploi, formation professionnelle, a chuté de presque 10 points à 59,79% de participation. Une très bonne affaire pour l’administration qui pourra réduire les droits syndicaux.


Tout cela ne découragera pas notre organisation syndicale, FO TEFP, de faire ce pourquoi elle existe : défendre les intérêts matériels et moraux des agents. Nous poursuivrons inlassablement à revendiquer et négocier notamment, pour notre ministère :
– des moyens humains pour accomplir nos missions, avec des recrutements de fonctionnaires permettant de combler les départs passés et à venir,
– des moyens matériels dignes de ce nom, pour que les agents puissent travailler sans être constamment parasités dans leur quotidien par des problèmes techniques, ou d’équipements de travail,
– des rémunérations dignes endiguant la perte continue de pouvoir d’achat

Enfin, avec nos fédérations et notre confédération FO, nous nous opposerons, par la grève et dans la rue s’il le faut contre le report de l’âge légal de la retraite à 65 ans. Nous ne souhaitons pas que les salariés de ce pays soient contraints de travailler trois ans de plus. Nous ne souhaitons pas voir remis en cause le Code des pensions civiles et militaires.